Les traitements hormonaux et apparentés

Traitement hormonal substitutif classique

Le traitement œstro-progestatif (ou œstrogènes seuls en cas d'hystérectomie) freine la perte osseuse à la ménopause.

Plusieurs études ont démontré l'efficacité du traitement hormonal substitutif (THS) dans la réduction de l'incidence des fractures ostéoporotiques.

Outre leur action ostéotrope, les œstrogènes pallient à plusieurs inconvénients de la ménopause (bouffées de chaleur, sécheresse vaginale, troubles sphinctériens, troubles cognitifs, ...).

Le THS ne doit être démarré qu'une fois la ménopause confirmée et après un bilan pré thérapeutique soigneux. Sous THS, un contrôle gynécologique et mammaire annuel est indispensable.

Ses contre-indications, notamment les cancers œstrogèno-dépendants et les maladies trombo-emboliques, sont bien connues.

Certaines situations imposent une discussion au cas par cas en collaboration avec le médecin spécialiste. Le rapport bénéfices/risques est toujours discuté avec la patiente.

Les SERMs

Les SERMs appartiennent au groupe de médicaments non hormonaux qui visent à contourner les effets secondaires des œstrogènes.

Ces médicaments agissent comme un œstrogène dans l'os et les vaisseaux, mais ont une action inverse dans l'utérus et au niveau des seins. C'est ainsi qu'ils entraînent une augmentation de la densité osseuse en diminuant le risque de cancer du sein.



Retour à la page précédente